Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Pierre-Edouard BOIX
19 juillet 2022
La Contribution Solidaire de Transport

La Contribution Solidaire de Transport

Si les premiers clubs de football sont apparus, en France, autour des années 1900, le développement de ce sport s’est fait dans le sillage de la mobilité croissante des populations. Le train pour commencer, puis l’automobile ont permis aux amateurs d’organiser des rencontres, puis des championnats avec d’autres clubs périphériques. Pour commencer chez les adultes, puis de plus en plus chez les jeunes.

Depuis ce temps, le souci pour les enfants licenciés dans des clubs amateurs (la quasi-totalité des jeunes licenciés) a toujours été de trouver des parents bénévoles disponibles et véhiculé pour transporter les joueurs sur les stades.

Le football, plus par contrainte que par réel choix, pratique donc le covoiturage depuis longtemps.

Enfant, il m’est parfois arrivé de monter dans la voiture d’un dirigeant ou d’un parent pour me rendre à un match. C’était assez rare pour ma part, mais certains de mes coéquipiers n’avaient pas cette chance. Soit leurs parents travaillaient, soit ils n’avaient pas d’automobile, soit ils s’en fichaient. Mais dans tous les cas, nous avions besoin de tous les joueurs pour former une équipe. On s’appuyait donc sur les parents volontaires et disposant d’un véhicule pour faire tourner les équipes et nombre de ces parents là rabâchaient souvent, à raison, que c’étaient toujours les mêmes qui étaient là.

Près de 50 ans plus tard, nous en sommes au même point…et pour les mêmes raisons. Ou presque. Bien entendu, il y a toujours et même de plus en plus de parents qui travaillent le week-end, il y a toujours des parents qui n’ont pas de voiture, et il y a toujours des parents qui ne sont pas impliqués dans la pratique sportive de leurs enfants.

La Jeunesse Sportive d’Apt est implantée dans une commune rurale à distance des autres agglomérations. Dans mon ancien club, la distance moyenne pour jouer un match de football était d’une vingtaine de kilomètres. En partant d’Apt, seuls 3 clubs sont à moins de 22 kilomètres. Cela rajoute un problème au problème.

Car, bien évidemment, il faut toujours trouver des papas, des mamans, des sœurs ou des frères, des dirigeants, des éducateurs, tous bénévoles, pour accompagner nos bambins sur les stades, mais en plus, la grandeur de la distance à parcourir à un cout. Ce coût peut être estimé à environ 300 euros par saison pour celles et ceux qui se déplacent sur tous les matchs (sur la base de l’indemnité kilométrique fixé par l’état).

Ce coût n’est pas anodin pour les familles.

Il nous fallait donc trouver un système fonctionnel permettant de rembourser les frais des bénévoles accompagnant les enfants SANS AUGMENTER LE PRIX DE LA LICENCE.

La JSA n’est pas un club comme les autres. Vous le savez déjà. Nous tentons toujours d’innover. Après le foot féminin, après le pack équipement complet, nous proposons cette saison la C.S.T (Contribution Solidaire de Transport).

La C.S.T est un titre de transport. Mais c’est aussi une monnaie interne au club qui peut servir de base d’échange pour du troc.

La valeur d’une CST a été fixée à 8€ après calculs du coût moyen d’un déplacement par joueur.

A la rentrée, sur le modèle de BlaBlaCar, chaque joueur profitant du moyen de transport devra s’acquitter d’une CST. Ainsi, le bénévole embarquant 4 enfants dans son véhicule, se verra remettre 4 CST. Cette monnaie, il pourra l’utiliser comme bon lui semble. Soit l’échanger contre des services avec d’autres parents, soit les garder pour les transports de son propre enfant, soit enfin, et c’est le plus important les rendre au club contre remboursement sur la valeur de 8 € par CST.

Ainsi, avec un peu d’organisation, nous allons devenir, à ma connaissance, le premier club à rembourser une partie des frais de transports aux bénévoles par le biais de la solidarité.

Pour l’exemple, revenons donc sur le cas du papa ou de la maman qui amène son enfant à chaque match à l’extérieur. Partons du principe que son enfant va faire 11 déplacements. Avant la C.S.T, le coût des voyages étaient d’environ 280 € pour la saison. Additionnés au 160 € de la licence et parfois multiplié par 2 ou 3 en fonction du nombre d’enfants pratiquant le football et on atteignait des sommets.

Avec la CST, nous allons équilibrer cela.

En effet, notre papa ou notre maman, toujours présent recevra à chaque voyage 2 ou 3 CST pour les enfants transportés en plus du sien. Ce qu’il ou elle faisait déjà d’ailleurs mais sans compensation.

Multiplier par 11, cela lui laissera en moyenne 28 CST dans la poche, en plus des 5 fournis avec l’inscription. Il, ou elle, recevra donc en retour 264 € après la conversion de ses CST.

Ainsi le coût de revient d’une saison de football pour son enfant sera de 216€ au lieu de 440€ actuellement.

En revanche, le parent qui n’accompagnait jamais son ou ses enfants par impossibilité ou par choix et n’avait que les 160€ à régler pour la saison devra s’acquitter dans le même cas de figure de 266 € pour la saison.

Cela reviendra donc moins cher d’accompagner son enfant que de ne pas le faire.

Et les parents qui ne peuvent pas accompagner pour de vraies bonnes raisons, et dont nous savons qu’ils sont largement majoritaires ? C’est là que le troc prendra toute sa valeur. Pourquoi ne pas échanger un service contre 2 ou 3 CST ? Pourquoi ne pas échanger un objet contre 4 ou 5 CST ?

Ce sera à vous d’inventer la vie qui va avec la CST.

Sans doute, au cours de l’utilisation de ce procédé, allons nous trouver des points de perfectionnement.

Nul système n’est parfait dès sa conception.

Ce sont vos retours qui nous permettront de l’améliorer.

Ne craignons pas d’innover.

Bonne saison à toutes et tous.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
BILAN ET PERSPECTIVES

BILAN ET PERSPECTIVES

BILAN DE MI SAISON 2021/2022Au crépuscule de l’année 2021, il me semblait important de faire,...

Pierre-Edouard BOIX
29 décembre 2021
Un an, déjà....

Un an, déjà....

Il y a douze mois de cela, après avoir partagé le même constat sur le football dans notre ville,...

Pierre-Edouard BOIX
12 avril 2021
Normal ne veut pas dire " comme avant "...

Normal ne veut pas dire " comme avant "...

La bonne nouvelle est tombée il y a quelques jours. Le football peut reprendre de façon...

Pierre-Edouard BOIX
25 juin 2020
Au boulot...

Au boulot...

Premières perspectives, premières impressions, premières questions...voici les sujets qui ont...

Pierre-Edouard BOIX
16 juin 2020
C'est parti...

C'est parti...

Nous voici donc embarqué dans une nouvelle aventure. Elle s'annonce difficile, longue et...

Pierre-Edouard BOIX
12 juin 2020